Search and sort

Valerio Vincenzo et le CFV-50c : photographie « digilog »

Irréductible de l’argentique, Valerio Vincenzo s’est récemment résolu à mettre un pied dans l’ère du numérique en associant un dos Hasselblad CFV-50c à ses vieux 500C pour une commande portant sur le voyage ferroviaire.

LA SUISSE EN TRAINQuels que soient les avantages du numérique, nombre de photographes apprécient toujours le maniement d’un Hasselblad vintage. Basé aux Pays-Bas, le photographe italien Valerio Vincenzo ne jure que par ses 500C et 500C/M techniquement dépassés et pourtant toujours parfaitement dans la course.

Il a toutefois cédé récemment à la tentation d’associer un  dos numérique CFV-50c  dernier cri à ses appareils chéris, se dotant ainsi d’un système qui allie le confort d’utilisation de ces derniers à une efficacité toute moderne.

07_Switzerland

« L’éditeur de la version française de GEO m’avait commandé des images pour un hors série sur le thème du voyage en chemin de fer, dit-il. Il s’agissait de présenter une ligne de haute altitude reliant les villes suisses de Montreux et St Moritz. Le travail m’a pris une semaine au mois de février, époque où la neige était encore partout. »

Si Valerio avait des craintes au sujet de la compatibilité de ces deux systèmes de générations si différentes, elles se sont évaporées dès qu’il a installé le  CFV-50c . Conçu pour s’adapter parfaitement aux appareils argentiques, il était non seulement d’un abord très intuitif, mais aussi complètement assorti au 500C d’un point de vue esthétique. « Je n’ai pu me procurer le dos que peu de temps avant de me lancer dans ce projet, dit Valerio. Mais la prise en main a été immédiate. Je n’ai fait que le mettre en marche. Le reste allait de soi. J’ai très vite oublié que j’avais un dos numérique entre les mains, me concentrant sur mes prises de vues sans ressentir le besoin de les visualiser à tout bout de champ sur le LCD. »

LA SUISSE EN TRAIN

La mission a été un succès complet, et cerise sur le gâteau, Valerio a découvert une nouvelle méthode de travail, baptisant ce système hybride du doux nom de « digilog », télescopage de « digital » (numérique) et d’« analogue » (analogique). « J’aime beaucoup cet outil moderne qui remet au goût du jour mes vieux appareils, dit-il. Le matériel numérique se charge de la lumière, et tout le reste se fait à la main. C’est un vrai retour aux sources : ouverture et vitesse d’obturation. Pour moi, tout le reste est du superflu. »

 

www.valeriovincenzo.com

Intéressé(e) par un dos numérique Hasselblad CFV-50c ? Il fait actuellement l’objet d’une promotion spéciale. Cliquez ici pour en savoir plus.

Modèle d’appareil
Durée d’exposition
Ouverture
ISO
Mode d'exposition
Exposition automatique Exposition manuelle Autobracketing
Photographe