Search and sort

Storyteller | Peter Boettcher

« J’ai retiré les toiles d’araignées qui recouvraient mon vieux 500CM pour le tester avec le nouveau dos numérique CFV-50c. C’était un grand moment – j’ai éprouvé les mêmes sensations que la dernière fois que j’avais photographié en analogique, dix ans plus tôt » – Peter Boettcher.

kraftwerk

On dit que le célèbre groupe électro-pop allemand Kraftwerk a ouvert la voie à des groupes tels que Depeche Mode et Coldplay

Mieux que quiconque, le célèbre photographe Peter Boettcher connaît bien cet énigmatique groupe, puisqu’il a photographié Kraftwerk en concert et dans le secret de leur Kling Klang Studio de Düsseldorf pendant plus de vingt ans.

KRAFTWERK Fondation Louis Vuitton Paris

Peter Boettcher

Ce groupe notoirement solitaire, réputé pour refuser d’accueillir des visiteurs et de recevoir du courrier, qui déteste toute forme de pollution sonore, supprimait les sonneries des téléphones dans les environs du studio pendant les enregistrements.

Mais Peter, qui a également travaillé avec REM, Morrissey, Sonic Youth et Guns &Roses, est parvenu à approcher Kraftwerk en 1991, lorsqu’il fut invité à réaliser les photos pour l’album remix du groupe (The Mix), qui connut un succès phénoménal.

Et d’ajouter: « Comme j’étais le premier photographe admis dans leur studio, j’étais très impressionné à l’époque – mais je pense que j’ai dû faire du boulot assez correct puisque depuis, ils ont toujours fait appel à moi.  Et franchement, j’avoue que j’adore leur musique. Chaque concert – et je pense que mon appareil photo et moi en avons vécu plus de 200 – me stimule et m’incite à travailler différemment. »

Les photos de Kraftwerk réalisées par Peter ne sont jamais des stéréotypes de groupe dans le backstage – pop stars trempées de sueur ou groupies hystériques.  Le photographe utilise des formes et des couleurs réduites, ainsi que sa propre perspective – ce qu’il décrit comme une manière de travailler « éminemment sympathique ».

Il s’explique: « J’ai développé mon propre style, différent de ce qu’on attend habituellement d’un photographe de musiciens. Je suis très direct, très déterminé et très minimaliste. Mais j’ai toujours été comme ça, même avant de rencontrer le groupe. Heureusement, ça cadre totalement avec tout l’univers de Kraftwerk. »

Lorsque Peter a eu les moyens d’investir dans un Hasselblad 500CM, il débutait à peine sa carrière.

Il se souvent: « J’adorais ce Hasselblad analogique, mais je l’ai mis sous clé dans un coffre pendant les dix dernières années – jusqu’au moment où, en novembre dernier, j’ai découvert le splendide nouveau dos numérique Hasselblad CFV-50c au salon photokina.

Peter Boettcher

Peter Boettcher

J’ai retiré les toiles d’araignées qui recouvraient mon vieux 500CM pour le tester avec le nouveau dos numérique. C’était un grand moment – j’ai éprouvé les mêmes sensations que la dernière fois que j’avais photographié en analogique, dix ans plus tôt.

Le nouveau dos est totalement identique à l’ancien pour pellicule. Et il procure les mêmes sensations… j’ai instantanément eu une sorte de flash-back. »

« Je l’ai testé pour la première fois dans le tout nouveau bâtiment de la Fondation Louis Vuitton à Paris, qui a coûté 143 millions de dollars, puis le mois dernier, avec un plaisir renouvelé, au concert de Kraftwerk à la Neue Nationalgalerie de Berlin », poursuit-il.

« J’ai utilisé mes nouveaux objectifs Hasselblad à la Neue Nationalgalerie.  Comme Kraftwerk intègre des projections 3D dans ses concerts, en plus des défis techniques évidents liés à l’éclairage, je me trouvais dans un environnement particulièrement difficile pour les prises de vues. Mais j’ai obtenu de superbes résultats grâce à la capacité du CFV-50c à photographier en 6400 ISO. C’était comme utiliser un vieil appareil super ergonomique avec toute la polyvalence et la technologie d’un dos numérique. »

KRAFTWERK Neue National Galerie Berlin 01-2015

Peter Boettcher

Pendant que Peter assurait la couverture du concert de Kraftwerk, la Pavlov’s Dog gallery présentait une partie de son travail dans la capitale allemande.

« C’était mon exposition MINIMUM MAXIMUM, avec des images très grandes (3 mètres de haut) du projet robot de Kraftwerk: la collaboration entre l’homme et la machine.

Elle a remporté un franc succès; la télévision était là et la presse a abondamment couvert l’événement.

Je repars bientôt avec Kraftwerk à Copenhague et Barcelone – et le CFV-50c est une des premières choses que j’emporterai dans mes bagages », assure Peter.

www.peterboettcher.de

Camera model
Exposure time
Aperture
ISO
Exposure mode
Auto exposure Manual exposure Auto bracket
Photographer