Search and sort

Storyteller | Diane Tuft

« Mon Hasselblad est sans doute le premier à avoir atteint le pôle Nord » – Diane Tuft, globe-trotter et photographe

Le pôle Nord avec un H5D

Quand on veut voir un photographe à l’œuvre, on se met généralement en quête d’un studio, d’un mariage, d’un défilé de mode, d’un terrain de sport… ou peut-être d’un champ de lavande en Provence…

Mais pour mettre la main sur Diane Tuft cet été, il fallait commencer par localiser un brise-glace nucléaire russe dans l’océan Arctique.

tuft3

Enfant, Diane n’était jamais si heureuse qu’au cœur de la campagne environnant la maison de ses parents, à East Hartford, dans le Connecticut. « C’était mon terrain de jeu », dit-elle.

Un amour immodéré pour la nature l’a dirigée vers des études scientifiques et un diplôme de mathématiques de l’Université du Connecticut.  Désormais photographe et artiste multimédias réputée, Diane fait de son œil affûté et de l’objectif de son Hasselblad des témoins de l’évolution permanente de notre environnement – bien souvent dans des lieux extrêmement reculés.

Parmi d’autres expéditions photo à l’autre bout du monde, elle s’est ainsi rendue ces dernières années en Islande, au Groenland et en Antarctique. Et cet été elle a repris la route, décidée à rendre compte des effets de la lumière sur les paysages de l’océan Arctique dans le cadre de l’expédition « The Arctic Melt » vers le pôle Nord.

Diane a défini ses propres paramètres d’étude des effets visuels de la « lumière invisible » (spectres infrarouge et ultraviolet) sur divers types de paysages, et en a tiré des images plus proches du surréalisme que de la photographie de voyage.

Alors que les débats sur l’appauvrissement de la couche d’ozone et le réchauffement climatique continuent à faire rage, Diane et son Hasselblad nous montrent sans relâche les effets des ultraviolets sur nos paysages dans un somptueux catalogue d’images « irréelles et stimulantes ».

Voici ce qu’elle a dit à Storyteller : « The Arctic Melt n’est que la continuation de mon exploration visuelle des effets du changement climatique dans le cadre d’un reportage photographique consacré aux paysages de l’Arctique. Je suis persuadée que la fonte des glaces et le recul des glaciers arctiques ont un effet déterminant sur les bouleversements que subit actuellement la planète. En combinant science et art, je m’efforce de présenter sous un jour nouveau les graves questions auxquelles nous sommes confrontés. »

tuft2

L’expédition a débuté à l’été 2015 à Svalbard (Norvège), près de 600 milles nautiques au nord de la côte norvégienne la plus septentrionale.

Mais laissons la parole à Diane : « J’ai passé trois jours à Longyearbyen, ville principale et centre administratif de Svalbard, à survoler des glaciers, des montagnes, des vallées, des fjords… et mon Hasselblad H5D et son objectif de 210 mm n’ont rien manqué, jusqu’au plus petit flocon de neige 60 mètres plus bas. Cet appareil n’est pas seulement très facile à transporter : il est d’utilisation aisée, un vrai plus vu mes réglages incessants de la balance des blancs.

En maintenant ma vitesse d’obturation sur 1/800 s, j’ai obtenu des images parfaitement nettes, et grâce au dos numérique moyen format de l’appareil, j’ai pu photographier les paysages survolés dans leurs moindres détails. L’objectif de 210 mm était fabuleux pour prendre le détail des icebergs comme des animaux quand je travaillais au sol, mais je dois dire que la polyvalence du 50-110 mm m’a été absolument indispensable quand j’étais dans une situation difficile ou quand il me fallait un angle de vue plus large. »

Après Svalbard, l’expédition s’est rendue à Mourmansk (Russe), et enfin au pôle Nord.

Diane : « Le seul moyen d’atteindre le pôle Nord est d’embarquer sur un brise-glace nucléaire russe. Après la première journée de voyage dans la baie de Kola, vers la mer de Barents, au départ de Mourmansk, le navire est entré dans les eaux glacées de l’océan Arctique et, pendant les dix jours qui ont suivi, nous nous sommes frayé un chemin dans des banquises d’épaisseurs variables.

tuft4

La plupart des photos prises durant cette étape l’ont été de la proue ou de la poupe.  Nous avons été beaucoup secoués. Navigant à une vitesse de 3 à 12 nœuds, le bateau avançait tant qu’il le pouvait parmi les glaces, faisant machine arrière quand elles résistaient, puis reprenant sa lente marche vers le pôle. Là encore, la maniabilité du H5D m’a servie : en me penchant par-dessus le bastingage, j’ai pu photographier les glaces broyées par l’étrave.

Quand des ours polaires côtoyaient le navire, j’ai pu immortaliser leurs mouvements caractéristiques.

Je n’ai pu approcher les oiseaux nichant sur le rocher Rubini, ni certains morses – mais mon objectif de 210 mm est venu à mon secours, et grâce au moyen format de mon appareil photo, j’ai pu faire des agrandissements plus vrais que nature. »

tuft1

Peu d’êtres humains ont la chance de faire l’expérience des merveilles de l’Arctique.

Comme le fait remarquer Diane : « Notre bâtiment n’était que le 53e véhicule de surface à atteindre le pôle Nord, et nous sommes apparemment les seuls à y être parvenus pendant le solstice d’été. »

Elle ajoute : « Mon Hasselblad est sans doute le premier à avoir atteint le pôle Nord.

Avec mes photos, je m’attache à rendre compte de la majesté et de l’extrême rudesse de la nature en cette époque de destruction massive de nos environnements terrestres comme de l’atmosphère de la planète.

tuft7

J’ai connu des situations qui m’ont donné du fil à retordre durant ce voyage, mais cet appareil photo s’est joué des difficultés, et je ne repartirai pas sans lui. »

* Diane a exposé son travail dans les galeries Marlborough, Ameringer-Yohe et Pace de New York, ainsi qu’au Kimball Art Center de Park City, dans l’Utah.

Son œuvre est représentée dans de nombreux musées aux USA. On peut ainsi voir ses photographies dans la collection permanente du Whitney Museum of American Art ainsi qu’à l’International Center of Photography de New York, au Parrish Art Museum de Water Mill (État de New York) et dans de nombreuses collections privées.

Diane est également active dans le cadre de forums publics consacrés aux arts et aux sciences, plus particulièrement axés sur le réchauffement climatique, l’appauvrissement de la couche d’ozone et les spectres infrarouge et ultraviolet.

tuft6

www.dianetuft.com

Modèle d’appareil
Durée d’exposition
Ouverture
ISO
Mode d'exposition
Exposition automatique Exposition manuelle Autobracketing
Photographe