Search and sort

Scanner le passé

2016-03-02  Morgan Fisher est un musicien britannique de renom qui a joué avec Mott the Hoople et Queen (lors de leur tournée européenne en 1982).

Il est par ailleurs un photographe abstrait accompli, qui a développé une technique unique de « light painting » inspirée par les œuvres non figuratives de pionniers tels que Man Ray et Moholy-Nagy. Morgan vit au Japon depuis 1985 et a lui-même figuré dans VICTOR Magazine. Il nous livre ici sa passionnante histoire d’une série d’images prises en 1946 par Derrick Woollacott, photographe de la Royal Air Force alors âgé de 22 ans. Avec l’aide d’un ami et au moyen d’un scanner Hasselblad Flextight X5, Morgan a ressuscité ces images.

Derrick35_1000

Nous avons recueilli ses propos: « C’est comme si j’avais découvert un trésor enterré. Via Facebook, un de mes amis m’a mis en contact avec une de ses amies qui venait de publier sur le réseau social quelques photos prises début 1946 par son père alors qu’il était en service au Japon. Derrick Woollacott était un jeune photographe de la RAF, et comme quelques-uns de ses clichés avaient été pris à Hiroshima plusieurs mois après la bombe, je m’étais préparé à voir des images tragiques. Mais en découvrant les photos poignantes et d’une incroyable beauté de paysans, fermiers, pêcheurs, enseignants, musiciens et parents japonais forts et souriants, reconstruisant leur vie, j’en suis resté bouche bée. Ce talentueux jeune homme, travaillant dans des conditions toujours pénibles, disposant de peu de temps libre et d’encore moins de stock de pellicule, en n’ayant souvent qu’une seule chance de réussir chaque vue, est parvenu à réaliser de nombreuses photos d’une exceptionnelle composition et merveilleusement exposées qui, pour moi, n’ont rien à envier à celles des plus grands photographes de guerre – voire des plus grands photographes d’extérieur – de son époque. »

Derrick27_1000

Derrick40_1000

Et d’ajouter: « Il me semblait évident que ces photos, jamais montrées en public jusque-là – à part trois clichés récompensés du 1er, 2e et 3e prix d’un concours organisé par un quotidien national japonais alors qu’il était en poste là-bas – méritaient d’être vues auprès d’un public le plus large possible. Immédiatement, je me suis mis à partager avec tous ceux qui seraient susceptibles d’être intéressés un fichier PDF de 100 pages préparé par sa fille Valérie Neale. Il contenait une cinquantaine des meilleures photos de Woollacott, et les commentaires de sa fille sur le séjour d’un an de feu son père en Asie du Sud-Est. »

Presque tous ceux à qui j’ai montré la collection – agences photo de premier plan, galeristes, photographes, etc. – ont eu la même réaction que moi en découvrant l’émotion et l’excellence photographique de son œuvre.

Mes amis de Hasselblad Japon furent parmi les plus enthousiastes et m’ont immédiatement proposé d’utiliser leur exceptionnel Flextight X5 pour scanner les négatifs 6×6 cm datant de près de 70 ans avec la meilleure résolution actuellement disponible. »

Derrick29_1000

Derrick01_1000

Pour l’aider, Morgan a fait appel à son ami américain Torin Boyd, photojournaliste et historien de la photo. À deux, ils ont travaillé sans relâche pendant tout un mois pour boucler le projet.

« Nous avons scanné le passé, se réjouit-il. Les négatifs étaient encore dans un état remarquable, même si par endroit ils étaient rayés, décolorés ou écaillés.

Derrick in Uniform

Chacun des fichiers finaux – d’environ 7500 x 7500 pixels – faisait environ 200 Mo.

Après un nettoyage méticuleux – 1 à 2 heures de travail par image – Boyd a effectué des retouches très subtiles au niveau des tons, appliqué des techniques de masquage, réglé le contraste et l’intensité, pour que les images moyen format en noir et blanc atteignent la qualité optimale pour être imprimées par jet d’encre sur du papier de qualité spécial archives.

« Nous avons tous deux été étonnés des détails que révélait le X5, explique Morgan. En zoomant dans ces fichiers, on arrive même à voir le grain du film avant de discerner les pixels individuels. C’est extraordinaire. »

« Au fil du temps, j’ai eu l’occasion d’utiliser de nombreux scanners de pellicule, poursuit Torin, et aucun n’arrive à la cheville du Hasselblad Flextight X5. La rapidité, la facilité d’utilisation et la qualité de ce scanner sont inégalées. Le grain, la lumière et les détails dans les ombres sont impressionnants; ces images vieilles de près de 70 ans ont littéralement été ressuscitées. »

L’impression a ensuite été un jeu d’enfant, ne nécessitant que très peu de réglages, sans aucun recadrage vu les excellentes compositions réalisées d’emblée par Woollacott sur le terrain à travers le viseur de son simple appareil reflex à double objectif, dont l’image n’était pas très nette.

Et Morgan de conclure: « Le scanner Flextight X5 est indubitablement le lien le plus significatif dans cette chaîne d’événements. Il a insufflé, à plus d’un titre, une nouvelle vie dans ces images classiques et rares. »

 

derrickwoollacott.com

Et maintenant, profitez de la promotion spéciale du mois de Mars. 

 

Modèle d’appareil
Durée d’exposition
Ouverture
ISO
Mode d'exposition
Exposition automatique Exposition manuelle Autobracketing
Photographe